Isolation du vide sanitaire : ce qu’il faut savoir

  • 24 septembre 2019
Isolation du vide sanitaire : ce qu’il faut savoir
L’isolation thermique fait généralement référence aux murs, à la toiture et aux ouvertures. Mais nous avons tendance à oublier le vide sanitaire, un espace très souvent méconnu, qui mérite d’être isolé, pour des raisons de confort et d’économie d’énergie. Le vide sanitaire a pour rôle de limiter les remontées d’humidité qui viennent du sol, il présente l’inconvénient d’être à l’origine de déperditions de chaleur et donc de dépenses énergétiques supplémentaires. Cet espace est semblable à un mur non isolé. Il est placé en suspension au-dessus du sol, ce qui laisse passer l’air et l’humidité à partir du plancher. L’isolation du vide sanitaire peut se faire soit lors de la construction, soit à l’occasion d’une rénovation. Cette opération permet d’améliorer le diagnostic de performance énergétique (DPE) de la maison. Cet article présente les raisons qui poussent à isoler le vide sanitaire, la manière de procéder, une idée sur les prix, ainsi que sur les aides prévues au financement d’un tel projet.

Qu’est-ce qu’un vide sanitaire ? Quelle est son utilité ?

Le vide sanitaire est un espace de 20 cm à 1 m de hauteur, qui se situe au-dessous de la maison, entre le sol naturel et le plancher bas. Pour que l’humidité ne stagne pas, cet espace doit être ventilé. Ses principales fonctions sont :
  • D’isoler la maison de l’humidité et du froid, en préservant l’étanchéité et la solidité du plancher, et en empêchant l’humidité contenue dans le sol de remonter,
  • De sécuriser le plancher, en évitant les problèmes causés par des glissements de terrain,
  • De faire passer des câbles, des conduites d’eau, ou des canalisations, tout en les protégeant du gel par temps très froid,
  • Certains utilisent le vide sanitaire comme espace de stockage, pour entreposer des matériaux, quand il est accessible.

Avantages de l’isolation du vide sanitaire

L’isolation du vide sanitaire est une opération indispensable, qui permet d’améliorer le confort thermique et de réduire la consommation d’énergie, notamment de chauffage. Elle a pour but de réduire les effets des températures extrêmes et de l’humidité, de limiter les déperditions thermiques et de protéger la maison des remontées humides, ainsi que des moisissures et des mauvaises odeurs. Une isolation convenable peut faire économiser jusqu’à 15% de la consommation de chauffage, maintenir le plancher à une température confortable, et réduire le temps de refroidissement de la maison. L’isolation du vide sanitaire présente de nombreux avantages en termes d’économie d’énergie et de confort dans l’habitation, sans impact sur la surface habitable. Cette opération permet en effet de réduire la déperdition thermique, d’assurer une diffusion homogène de la chaleur dans la maison et d’éliminer les risques de moisissures, d’humidité et de mauvaises odeurs.

Quels matériaux utiliser pour isoler un vide sanitaire ?

Afin que cet espace reste ventilé, et conserve son rôle initial de tampon entre le sol et la maison, l’isolation ne doit pas se faire en remplissant le vide avec un matériau quelconque. En fait, l’isolation des parois et du plancher de la maison peut se faire par deux méthodes différentes, selon la nature du sol et son taux d’humidité :
  • Soit par l’extérieur, en sous-face, si le vide sanitaire est accessible et permet de se glisser dessous. Dans ce cas, il y a un grand choix de matériaux d’isolation, comme le polystyrène expansé, la mousse polyuréthane, la ouate de cellulose, le liège, ou la laine de chanvre.
  • Soit par l’intérieur, en posant l’isolant sur le plancher, si le vide sanitaire n’est pas accessible. Dans ce cas, il faut appliquer une couche d’isolant entre la chape et le revêtement de sol.
  • Soit en combinant isolation intérieure et extérieure.
Chaque matériau présente des avantages et des inconvénients, le choix se fait selon la situation de chaque maison. La chape est constituée d’un isolant thermique et d’une couche de ciment, elle est réservée aux vides sanitaires inaccessibles et n’est pas adaptée aux espaces humides. Les panneaux rigides sont simples à poser, avec une bonne haute performance thermique, et résistent à la pression. La mousse de polyuréthane est facile à manier, performante, peu onéreuse, et elle peut être utilisée même sur un plancher chauffant. La ouate de cellulose est solide, écologique, résistante à l’humidité et présente de bonnes performances thermiques. La laine de chanvre est écologique, durable et imperméable à l’eau. Enfin, le liège est un bon isolant phonique, résistant à l’humidité et imputrescible. En revanche, les panneaux rigides et la mousse de polyuréthane sont peu respectueux de l’environnement. La laine de chanvre, le liège et la ouate de cellulose sont des matériaux chers à l’achat.

Quel est le coût de l’isolation d’un vide sanitaire ?

Le prix d’une isolation de plancher et de vide sanitaire varie selon le type de matériaux à utiliser, la configuration de l’espace, son accessibilité et la nature des travaux. D’une manière générale, les prix varient entre 10 et 30 euros / m², en plus du coût de la main d’œuvre, qui se situe entre 15 et 30 euros / m². A ce titre, il est important de bien choisir le professionnel en charge des travaux, afin d’assurer une isolation de qualité et de prétendre à des aides financières. Il est possible de réaliser les travaux sans faire appel à une entreprise spécialisée, en se munissant d’un kit de montage, d’un marteau perforateur et de bouchons. Il faut également prévoir quelques jours pour en finir à bout, et se rendre compte que cette tâche est souvent désagréable, au vu de l’étroitesse des espaces. Si vous décidez d’entreprendre l’isolation par vos propres moyens, il ne faut pas hésiter à demander conseil à votre revendeur. Il est en effet indispensable de faire attention aux courants d’air qui peuvent se former si l’isolant se décollé, quand l’isolation est mal effectuée. Le recours à un professionnel engendre des coûts supplémentaires, mais permet de garantir une isolation performante, ainsi que la possibilité d’accès à différentes aides.

Les principales aides financières disponibles

Les travaux d’amélioration thermique de l’habitat, dont l’isolation du vide sanitaire, peuvent donner droit à différentes aides, primes et crédits d’impôts. En plus d’une TVA réduite à 5.5%. Il faut savoir que le prix des travaux est facilement récupéré au bout d’une dizaine d’années au maximum, à travers les économies d’énergie réalisées. Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) de 30% est plafonné à 16000 euros pour un couple, plus 400 euros par personne à charge. Cette aide est accessible dans le cas où l’isolation permet de gagner au moins 3.0 m² K/W en matière de résistance thermique. La prime énergie, certificats d’économie d’énergie (CEE) est accordée pour les logements de plus de 2 ans, si l’artisan en charge des travaux est certifié RGE. Il existe également de nombreuses subventions de l’état, de la localité, de la région ou de la mairie, ainsi que des aides de l’ANAH et de l’ADEME.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide