Pourquoi le contrôle de la qualité de l’air est indispensable ?

  • 23 octobre 2020
Pourquoi le contrôle de la qualité de l’air est indispensable ?

Importance de la qualité de l'air sur la santé

La qualité de l’air est un sujet sensible pour un nombre grandissant de personnes. Il faut savoir qu’il existe deux sortes de pollution de l’air : celle de l’atmosphère et celle de l’air intérieur.

Conséquences de la pollution de l’air

Un air est dit pollué lorsque divers agents (biologiques, chimiques, particulaires) entrent dans sa composition à des taux de concentration pouvant impacter la santé humaine et l’environnement. Une étude réalisée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) estime que 2 millions de décès par an sont imputables à des maladies en lien avec la pollution atmosphériques. L’Agence américaine de Protection de l’Environnement place la pollution de l’air intérieur dans les 5 premières causes environnementales en ce qui concerne la santé publique. Il est donc indispensable d’instaurer, de manière continue, une surveillance de la pollution atmosphérique et de la pollution de l’air intérieur.

Pollution atmosphérique

La pollution atmosphérique CORRESPOND à l’émission de divers polluants : l’ozone, les oxydes d’azote, les hydrocarbures volatiles, le dioxyde de soufre et les particules fines (émanant des véhicules). Il existe deux sortes de particules fines : les PM10 (fraction thoracique) qui touchent les voies respiratoires et des plus fines, les PM2.5, qui atteignent les alvéoles pulmonaires. Ces polluants proviennent de la combustion anthropique (activités industrielles, trafic routier, chauffage) et de la combustion naturelle (incendies, volcans…). Ces composés sont susceptibles d’être toxiques et peuvent engendrer des irritations des yeux et du système respiratoire mais aussi entraîner des maladies cardiovasculaires graves voire des cancers. La qualité de l’air ayant un impact direct sur la santé, le but est d’instaurer une surveillance constante en analysant l’air ambiant via des prélèvements et des mesures sur les sites.

Pollution de l’air intérieur

Logement, lieu de travail, écoles, moyens de transport… Nous passons plus de 80 % en moyenne de notre temps dans des lieux fermés. L’air que nous y respirons, malheureusement, n’est pas toujours d’excellente qualité. En plus des apports de l’air extérieur, les sources possibles de pollution dans les lieux clos sont nombreuses : matériaux de construction, appareils à combustion, meubles, produits de décoration (peintures, vernis, colles…), activités humaines (produits d’entretien, tabagisme, cuisine, bricolage…). Une qualité satisfaisante de l’air à l’intérieur d’un bâtiment a une incidence directe sur le bien-être, le taux d’absentéisme dans les établissements scolaires, et même sur la qualité de la concentration. Au contraire, une qualité de l’air déplorable peut engendrer divers symptômes : fatigue, maux de tête, irritations (nez, yeux, gorge), vertiges, allergies ou asthme. Les enjeux économiques et sanitaires découlant de la qualité de l’air intérieur sont donc particulièrement importants. On estime, qu’en France, par exemple, la mauvaise qualité de l’air intérieur coûte 19 milliards d’euros chaque année. D’où l’extrême importance d’instaurer des actions visant à l’amélioration de la qualité de cet air dans les habitations et, à fortiori, dans les lieux recevant du public.

La pyrite

La pyrite est une petite espèce minérale qui est constituée de sulfure de fer. Les remblais (pierres concassées) se trouvant sous une dalle de béton, dans un garage ou un sous-sol, peuvent en contenir. Le test de pyrite sert à détecter la présence de pyrite dans un remblai utilisé pour la construction des fondations d’un bâtiment. Ce test sert à évaluer l’état de maturité exact du gonflement de la pyrite. Pour plus de renseignements : Test de pyrite

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide