Cheminées et poêles : l’installation est presque toujours possible

  • 30 mars 2021
Cheminées et poêles : l’installation est presque toujours possible

Vous êtes presque convaincu d'installer une cheminée ou un poêle dans votre maison, mais vous avez encore quelques doutes ? Avec les bonnes précautions techniques, les possibilités d'installation sont nombreuses.

Choisir un poêle ou une cheminée pour chauffer sa maison est un excellent choix, tant d'un point de vue économique qu'environnemental. Y a-t-il des cas où leur installation n'est tout simplement pas possible ? Avec les conseils des experts de Chazelles, nous avons sélectionné quelques questions typiques pour explorer les différentes solutions techniques qui existent. Vous découvrirez que les poêles et les cheminées peuvent être installés dans des bâtiments et des environnements très différents, même dans un condominium ou une chambre. Avec l'aide d'un bon détaillant ou installateur, il sera facile de trouver la solution qui vous convient.

Puis-je installer un poêle ou une cheminée dans un condominium ?

Même si vous vivez dans un appartement et non dans une maison individuelle, il est souvent possible d'installer un produit à granulés ou à bois. La première chose à faire est de vérifier s'il existe déjà des conduits de fumée dans le bâtiment qui peuvent être utilisés, en se rappelant toutefois que chaque générateur de chaleur doit éliminer les fumées par son propre système. Si un nouveau conduit de fumée doit être installé, vous devez vérifier que le règlement de copropriété vous autorise à percer des trous dans les parties communes de l'immeuble (murs, combles) pour atteindre le faîte du toit. Nous proposons ci-dessous trois solutions de conduits de fumée réalisés dans une copropriété pour l'installation d'un poêle à granulés.

-Solution A : le conduit de fumée "perce" le grenier et arrive directement au faîte du toit ; c'est la solution la plus simple lorsque vous habitez dans un grenier au dernier étage.

-Solution B : un tuyau mural sort du poêle et va directement à un conduit de fumée réalisé à l'extérieur du bâtiment et bien ancré au mur ; cette solution, si le règlement de copropriété le permet, est utile quand on habite à des étages intermédiaires.

-Solution C : dans ce cas, il y a déjà un conduit de fumée dans le bâtiment et il suffit de faire un raccordement avec un parcours spécifique pour l'atteindre ; le raccordement est le plus vertical possible si on parle de produits en bois, il peut aussi être presque horizontal avec une légère inclinaison si on parle de produits à pellets.

Je n'ai pas de cheminée, puis-je quand même installer un poêle ?

Bien sûr, en faisant un conduit ad hoc. Il arrive parfois, surtout avec les poêles à granulés, de s'entendre dire : "Il suffit d'un trou dans le mur et le tour est joué !". Ce n'est pas le cas. Ce type d'installation, appelée "murale", est une pratique non seulement non standard, mais également nuisible à la santé et à la sécurité. Les fumées, qu'il s'agisse de bois ou de gaz méthane, doivent être évacuées réglementairement par le faîte du toit, car la combustion, quelle qu'elle soit, génère des substances nocives pour le système respiratoire. Si un simple "trou dans le mur" est réalisé, les résidus de combustion sont rejetés à hauteur d'homme, nuisant à la qualité de l'air que nous respirons. De plus, tous les fabricants déconseillent fortement ce type d'installation et annulent même la garantie du produit s'il est installé de cette manière. En effet, avec un exutoire de fumée mural, le poêle peut ne pas atteindre les performances déclarées (surtout en termes de rendement), le foyer et la vitre peuvent être constamment noircis par des substances non brûlées et, dans le pire des cas, il existe un risque de retour de fumée et de monoxyde de carbone dans la pièce où le poêle est installé.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide